Pour moi, c’est pas pareil!

Note: Cet article participe à un carnaval d’articles ayant pour thème « Que représente le mot juste dans votre réalité? » Je vous invite à suivre ce carnaval et à aller découvrir les différents articles qui y sont proposés!

«Pour moi, c’est pas pareil!» J’entends cette phrase régulièrement. De clientes, de mamans que je croise ici et là, d’amies, de membres de la famille. Elle me fait friser les oreilles à chaque fois.

Elle est souvent suivi d’une autre phrase de justification comme «Je ne suis juste pas capable, je ne suis pas comme toi».

Comme ma défunte marraine me répétait dans mon enfance : Pas capable, il est mort. Non mais, on lui en donne du pouvoir à ce pas capable! Comme s’il était une entité à part entière, plus grande que soi.

Lorsque je l’entends, tout ce que j’ai envie de faire c’est de vous enlacer. Puis, de vous chuchoter : Tu es assez.

J’ai donc envie de mettre cartes sur tables. Ce n’est pas ici une question de rythme, d’histoire de lièvre ou de la tortue. Le rythme de croissance personnelle ne se mesure pas d’une personne à l’autre. Il suit son propre rythme, qui lui correspond. Celui où l’on peut digérer, pas à pas, les avancements, les changements, les enseignements.

« Pour moi, c’est pas pareil ! »

Je l’espère bien en fait que votre développement n’est pas pareil au mien! C’est le mien, pas le vôtre ?.

Toutefois, vous et moi avons deux choses en commun : des valeurs et des priorités.

Je n’ai pas, comme plusieurs qui me liront, grandit dans le développement personnel. Cette nécessité de m’y attardé m’a frappé en plein visage, comme plusieurs, à une période sombre de ma vie, fin vingtaine. Fort heureusement, je n’étais pas sur facebook et lisais aucun blogue, il ne m’est donc pas venu à l’idée, à l’époque, de me comparer. Parce que j’aurais surement pensé, moi aussi, «Pour moi, c’est pas pareil. Je suis juste moi, je ne suis pas capable.»

Ce n’est pas si facile que ça tout le temps

Même le Dalaï-Lama vit des moments moins hop la vie, toutefois, comme vous et moi, il a des valeurs et des priorités. Et il a compris comment s’en servir pour sa croissance personnelle.

Prenez un cahier, une feuille, l’endos d’une facture, peu importe et un crayon. Notez vos valeurs principales, vos valeurs non négociables. Non pas celles des autres, ni celles que vous percevez devoir avoir. Mais bien les vôtres. Vous pouvez être maman et ne pas avoir famille dans vos valeurs principales, et c’est correct ainsi. Ça ne veut pas dire que vous êtes une mauvaise mère, et la famille peut se retrouver dans des valeurs secondaires. Il n’y a aucun jugement ici, personne ne lira votre feuille. C’est fait?

Maintenant, prenez votre agenda, et regarder comment se transpose vos valeurs en priorités dans celui-ci.

L’une de vos valeurs principales c’est la santé. Comment concrètement retrouvez-vous la santé dans votre agenda? Vous allez marcher tous les soirs et préparez vos légumes de la semaine le dimanche après-midi? Parfait, c’est concret et cohérent.

Rien dans votre agenda n’est lié à cette valeur que pourtant, vous portez en vous? Il est temps d’y faire une place et de prioriser. Débutez par 30 minutes par semaine, pour éviter de partir en lion et de finir en queue de poisson.

Faites l’exercice pour vos valeurs principales. Regardez comment, concrètement, elles s’insèrent en priorités dans votre agenda. Comment, pour reprendre une expression bien de chez nous, « vos bottines suivent vos babines ». Pour vous assurer de garder une cohérence entre ce qui est primordial pour vous et ce que vous faites réellement au quotidien.

 

En réalité, vous n’êtes pas juste un corps et un esprit.

 

Vous êtes aussi âme. Cette dimension de votre être qui appelle à plus grand que soi. C’est l’équilibre de l’ensemble, corps, esprit et âme qui, à mon sens, défini le spirituel. L’âme (ou le cœur si vous préférez) est plus subtile, moins tangible que les deux autres aspects de l’être. Devenant ainsi facilement négligé dans le train-train quotidien.

Que faite-vous, qui fait écho à votre âme, qui fait vibrer votre cœur? En quoi cette activité est-elle cohérente avec vos valeurs? Comment pouvez-vous en faire une priorité? Comment s’inscrira-t-elle dans votre agenda? À commencer par un petit pas, 30 minutes dans votre semaine. Juste 30 minutes. Ce n’est rien, 30 minutes. C’est se lever plus tôt un matin par semaine, prendre une pause pour soi sur l’heure du lunch, ou farnienter un peu moins sur les réseaux sociaux.

Si tout ceci vous semble flou et que vous sentez le besoin d’être accompagné afin de vivre une vie cohérente, je vous invite à prendre un appel découverte gratuit. Ensemble, nous verrons de quelle façon je peux vous aider à accéder à votre plein potentiel.

 

  • Pingback: 5 BONNES RAISONS D’ÊTRE «JUSTE» SOI-MÊME - AssistanceVirtuelle.co()

  • Oh <3 tellement tout!
    Ça a peut-être l'air ésotérique pour ceux qui n'ont jamais réfléchi de cette façon… "s'aligner avec ses valeurs"… mais ça reste fondamental pour se sentir bien, dans sa tête et dans son corps. Dommage que plusieurs parmi nous (dont moi) aient besoin de frapper un mur ou de toucher le fond du baril pour s'en rendre compte.
    Bref, merci pour ces réflexions!

    • Tu as bien raison Valérie, c’est souvent suite à une chute que l’on prend conscience de l’importance des valeurs dans la vie. C’est une chose fondamentale dont on parle rarement dans le discours populaire. Merci pour ton partage!

Accédez gratuitement

et de façon illimitée à la zone d’essai de la bibliothèque pour se libérer du stress et mieux dormir.
PAR ICI !