Le grand ménage du printemps… vu autrement!

Enfin le printemps! Je sens la fébrilité monter dès que les rayons de soleil se font de plus en plus pressants et que je vois ruisseler l’eau provenant de la fonte des neiges. Le retour des beaux jours accompagné du chant mélodieux des oiseaux qui expriment leur joie de revenir m’emplissent d’une joie indescriptible qui me donne envie d’accomplir des dizaines de projets!

Et là je sors mes listes! Elles sont diversifiées : activités que je veux faire en famille durant la saison estivale, travaux d’entretien à effectuer à l’extérieur de la maison ou encore la panoplie de projets intérieurs que j’avais remis au printemps par souci de facilité (peinture, rénovation nécessitant des coupes de bois à l’extérieur, grand ménage, etc.). Ces listes que je refais annuellement au printemps se terminent souvent à l’automne avec la déception de ne pas avoir été accomplies quand les dernières feuilles rougies s’écrasent au sol.

Cette année, j’ai envie de faire autrement. Qu’est-ce qui est le plus important pour moi ? Alléger mon quotidien. Alors en tête de liste, je vais inscrire : remettre en question chacune des tâches que j’accomplis et chacun des projets que je prévois faire. Est-ce utile? Est-ce nécessaire? Puis-je déléguer? Est-ce que ça nécessite ma personnalité?

Avec de la pratique, je suis devenue la reine du ménage! Et pas la pro du plumeau, non! Je fais plutôt du ménage dans ma vie, dans ma tête, dans mon corps et dans ma maison. La beauté de ce ménage, c’est qu’il peut être entrepris à n’importe quel moment et se faire à notre rythme, là où nous sommes rendus dans notre lâcher-prise. Car oui, le lâcher-prise est l’outil nécessaire pour accomplir ce genre de ménage.

Y a-t-il des tâches, des corvées, des actions que vous faites par habitude depuis toujours parce que votre mère le faisait ou parce qu’il faut bien le faire? Vraiment? Est-ce si nécessaire que cela? Que pouvez-vous enlever de votre liste hebdomadaire pour libérer du temps pour vous, pour ce qui compte vraiment? Et qu’est-ce qui compte vraiment dans votre vie? Avez-vous déterminé votre liste de priorités qui sont non négociables?

Pour ma part, en 2018, ma priorité première est ma santé globale. Je me fais un devoir de mettre à l’horaire au moins une à deux actions par jour pour atteindre cette priorité. Manger sainement, marcher, m’entraîner, faire du yoga, méditer. Par la suite, viennent les priorités couple, famille et croissance personnelle. Après vingt années passées avec le même conjoint, il peut être facile d’entrer dans la routine. Je me suis inspirée d’un de mes mentors qui avait mentionné réserver une soirée d’amoureux par semaine avec son épouse. Depuis que nous avons cette soirée qui se déplace au gré de notre horaire, notre communication s’est améliorée et nous nous surprenons à vouloir passer encore plus de temps ensemble. Il en va de même pour les enfants. À mon horaire, des cases non négociables sont prévues pour eux. Quant à ma croissance personnelle, elle se fait par la lecture avant de me coucher, à l’écoute de podcasts, en suivant diverses pages Facebook inspirantes.

J’ai vidé mon fil d’actualité de tous les polluants négatifs en me désabonnant de pages qui ne m’intéressaient plus, en passant de 2500 à 250 amis Facebook et en m’assurant d’interagir sur les pages qui m’intéressent pour m’assurer de toujours voir leurs publications en premier. Enfin vient ma priorité professionnelle. Comme je travaille en vous partageant mon mode de vie et en vous offrant mes trucs et astuces pour vous la simplifier, si je ne m’assurais pas d’avoir rempli les quatre premiers objectifs d’abord, je ne pourrais pas me sentir en cohérence dans ma façon de faire.

Est-ce que vos décisions et actions sont en cohérence avec vos priorités de vie? Remplissez-vous les urgences des autres en ayant l’impression d’être un pompier à éteindre des feux au détriment de vos propres priorités? Si oui, il y a lieu de faire du ménage!

Parlant de ménage, vous souvenez-vous quand nos grands-parents et nos parents faisaient le grand ménage du printemps? À l’époque, c’était nécessaire pour enlever la suie déposée par le poêle à bois qui avait fonctionné à plein régime tout l’hiver. Aujourd’hui, avec nos systèmes de chauffage électriques, le besoin est moins présent. J’ai longtemps trouvé cette tâche beaucoup trop lourde pour être entreprise. Juste de penser à tout mon matériel à déplacer pour pouvoir épousseter, laver, entretenir, j’étais épuisée. Cette année, cette perspective m’apparaît une partie de plaisir. Bon, peut-être pas la fête absolue, on parle quand même de ménage ici ! C’est rendu facile de faire le ménage chez moi pour la simple et bonne raison que j’ai désencombré la majeure partie de la maison en jetant, recyclant, vendant et donnant près de 60% du matériel superflu.

Bien sûr, ce processus s’est étalé sur de nombreuses semaines, mais il m’a permis d’alléger mon quotidien, d’améliorer l’aspect général de ma maison, de créer une ambiance calme et détendue, de simplifier les tâches ménagères à se partager parmi les membres de la famille, à rembourser une dette considérable sur ma carte de crédit, à calmer l’angoisse et le stress causés par la charge mentale au quotidien… et plus encore! Les bénéfices reliés au désencombrement apparaissent à tous les jours et si vous aviez à me demander quels items je me suis départie au fil du temps, je peinerais à en nommer une grande partie.

Tout ce travail de ménage dans mon horaire, dans ma maison, dans mon mode de vie santé ont ramené une ressource qui m’avait manquée depuis longtemps : du temps! Je me surprends encore aujourd’hui à être étonnée de ne plus voir mon horaire rempli au quart de tour, à me demander ce que je pourrais bien choisir entre prendre un bain, aller marcher, méditer, lire… ou faire tout ça! Je me sens même parfois un peu coupable de vivre cela quand je sais que plusieurs courent après leur temps, puis je me rappelle que j’ai justement pris les décisions pour que ça arrive. Mon intention était de libérer de l’espace pour ce qui compte vraiment dans ma vie et je m’emploie au quotidien à faire ces actions qui m’emplissent d’un bonheur et d’un sentiment de cohérence incroyables. Je vous souhaite tous de vivre ce sentiment de bien-être.

Sur ma liste d’actions au printemps, il y aura… Choisir mes actions en lien avec mes priorités, imaginer ce que je vais planter dans mon jardin cet été, profiter au maximum des rayons du soleil et aller marcher, être présente pour mes enfants qui auront besoin de mon support pour les travaux de fin d’année, manger sainement au quotidien, me coucher tôt pour assister au lever du soleil à tous les jours…

Et vous, que pouvez-vous libérer pour vous alléger, ce printemps?

Auteur: Mélanie Therrien

Forte du cheminement parcouru lors de son virage santé qui lui a permis d’éliminer 155 livres au passage, Mélanie s’intéresse particulièrement au mode de vie sain qui prône la santé globale. Elle épure à tous les niveaux : croyances, horaire, matériel. Elle ralenti le rythme, va à l’essentiel, tout cela en cohérence avec ses priorités de vie. Bienvenue dans son univers!