Croyance limitante et valeur personnelle: Une lutte sans fin – Première partie

Petite, j’observais les adultes de mon entourage revenir de leur journée de travail et bon Dieu que ça ne m’a jamais tenté de prendre leur place! L’expression sur leur visage faisait écho à un dialogue interne qui affirmait : « Enfin! Une autre de terminée! ». Réjouissant de se dire qu’ils venaient de passer huit heures de leur journée à espérer que celle-ci s’achève au plus vite! Il en restait huit autres à dormir, quatre autres à s’occuper des enfants et quatre dernières à repasser en boucle les ressentiments reliés au fait de retourner au même travail le lendemain!

 

Quand ton père revient à la maison en fin d’après-midi avec un air bougon et renfermé, comme enfant, tu comprends que, soit tu as fait quelque chose de mal, soit cela s’est plutôt mal passé au travail. Je me souviens de son silence qui pouvait durer toute la soirée. Me sentant complètement impuissante devant tant d’incompréhension, j’étouffais par en dedans. J’avais désespérément l’impression que la vie d’adulte était parsemée d’obligations obligatoires, obligatoirement désagréables et que, du haut de mes neuf ans, je m’en allais inévitablement dans cette direction. Une fois adulte, devrais-je moi aussi me lever à chaque matin pour aller gagner des sous qui me serviront à payer les obligations nécessaires à l’entretien d’une image de citoyen responsable? Ma perception du travail se résumait, par ces constats, à souffrance, colère et sacrifice! Trois mots trop lourds de sens pour une enfant qui a juste envie de jouer!

 

Pour en avoir longuement discuté avec mon père dans les dernières années, j’ai appris qu’une période de sa vie de travailleur a été ternie par le désabusement, par un manque de loyauté de la part de son patron et par une impression que son désir de justice ne serait jamais entendu. Adulte, je l’ai écouté me raconter son histoire et j’ai compris. Enfant, par contre, je n’avais que mes yeux et mon ressenti pour saisir la réalité.

 

Malgré son attitude taciturne du temps de ma jeunesse, je me souviens aussi de mon père souriant et farceur. Lorsque se pointait le début de ses trois semaines de vacances estivales, il était joyeux et rieur. Il prenait la soirée pour se verser quelques gouttes de boissons alcoolisées pour agrémenter le moment. Tout comme à Noël, où le brandy, whisky et compagnie dansaient sur la place! Le début de ses vacances estivales et le temps des fêtes sont deux moments de l’année où, j’avais droit à un papa au top de sa bonne humeur! Devant ce tableau coloré et vivant de mon paternel, j’ai enregistré que le plaisir existe et qu’il doit se savourer! Qui plus est, il est parfois encore plus délectable seul avec soi-même. Mon père n’avait pas besoin des autres pour se laisser gagner par la joie! Au contraire, les autres avaient souvent tendance à le contrarier et à le rendre maussade. Seul, dans l’allégresse du moment, il avait cette faculté à connecter avec le plus beau en lui.

Ces scènes de mon enfance m’amènent à m’exprimer sur deux concepts extrêmement puissants qu’il est pertinent de considérer lorsque nous sommes sur le chemin de l’épanouissement personnel. Tout d’abord, la croyance limitante, ancrée dans les profondeurs de l’inconscient qui, comme son titre l’indique, nous limite dans nos choix conscients. Ensuite, les valeurs personnelles qui sont un phare sur le chemin de la cohérence avec soi.

 

À la lumière de mes propos, vous devinez que la croyance qui me suit comme une ombre depuis que, adolescente, je tente de trouver un emploi d’été à mon image, est celle qui me dicte que « dans la vie, ma fille, on ne choisit pas d’aimer son travail, on va gagner des sous, un point c’est tout! ». La consigne enregistrée dans mon inconscient depuis ma jeunesse clame de me choisir une job qui me fera souffrir et ainsi, je mériterai mon salaire! Mais heureusement, j’ai aussi tenté au maximum de mes forces de faire honneur à mes valeurs qui parlent de plaisir, de joie, d’authenticité et de liberté et qui sont aussi importantes à ma vie que ma croyance limitante l’est à mon inconscient!

 

Le hic, c’est lorsqu’une croyance prend plaisir à barrer la route à l’actualisation de ses valeurs personnelles! Le terrain est alors propice à une guerre intérieure qui gruge beaucoup trop d’énergie chez l’humain qui l’entretient. En prendre conscience, en plus de vous donner de quoi vous occuper pour les prochains mois, fera en sorte de laisser davantage d’espace à vos valeurs de cœur dans vos décisions plutôt qu’à la logique trop souvent douteuse de nos croyances. Depuis nombre d’années, je jongle à travers mon quotidien entre ce que me dicte d’une part, ma croyance limitante et d’autre part, mes valeurs. Ce n’est que tout récemment que j’ai pris réellement conscience de l’existence de ce dilemme en moi.

 

Il y a quelques mois, un moment de rencontre avec moi-même m’a donné l’occasion de lever le voile sur la vérité. Bien que je ressentais qu’il y avait source de déséquilibre à quelque part en moi depuis bien longtemps, je n’arrivais pas à le projeter à la conscience pour ensuite passer du côté de la transformation. Mais, un soir, il y a quelques semaines, alors que j’étais assise sur le balcon de ma cour arrière et que j’observais la lune se faufiler un espace de liberté entre les nuages de la nuit, j’ai entamé un sérieux dialogue avec mon inconscient. Comme à toutes les fois où je fais ça, j’ai trouvé matière à poursuivre mon évolution personnelle. Oui, j’ai enfin découvert la source du conflit qui survit en moi depuis tout ce temps, malgré toutes mes tentatives vaines de le démystifier. Il m’est apparu que c’est  justement cette contradiction entre l’objet de ma croyance et celui de mes valeurs qui m’empêche de toucher véritablement à toutes mes possibilités. Il était temps que je le regarde en face afin de déloger tout risque de désarroi futur. Pendant mes réflexions de pleine lune, j’ai trouvé la clé, le temps était venu d’ouvrir la porte afin de balayer l’inutile.  À suivre…

 

Auteur: Martine Ouellet

Passionnée de théâtre et de relation d'aide, Martine allie à merveille l'imaginaire à travers ses séances et audios d'hypnose. Elle nous partage sur le blogue ses réflexions profondes et prises de conscience. www.hypnosemartineouellet.com