Réflexion d’un jour de neige

Petit samedi matin d’hiver comme il en existe tant d’autres. La neige tombe doucement à l’extérieur tandis que je me prépare un bon thé. J’ai prévu prendre un moment en tête-à-tête avec moi-même afin de me plonger dans ma traditionnelle réflexion de début d’année.

Le temps que mon thé infuse, mon esprit commence déjà à errer vers ce qui sera, à mon sens, une année exceptionnelle. Dehors, la neige semble reprendre de la vigueur sous l’influence du vent qui se fait un peu plus insistant. Les flocons virevoltent au même rythme que les idées défilent dans ma tête. La minuterie m’annonçant que mon thé est prêt sonne, me rappelant qu’il est temps de déposer ce bouillonnement intérieur avant que je parte en vrille au risque de me perdre bien avant la fonte du dernier flocon de neige.

Un rituel pour plus de douceur

C’est donc armée de ma tasse de thé, dont l’arôme laisse présager un agréable moment, que je m’installe dans mon coin préféré de la maison pour entamer mon Partir du bon pied – Spécial début d’année. Tout près de moi, quelques stylos colorés, de la musique inspirante dans mes oreilles… Petit coup d’œil dehors, les flocons se sont remis à tomber doucement, signe que tout est prêt pour que ce rituel saisonnier se fasse en douceur.

Me déposer un mot à la fois pour connecter avec qui je suis

Avant de savoir où on va, il faut bien comprendre d’où on vient. La première étape de ce processus de réflexion me semble la plus ardue, mais aussi la plus nécessaire. Ainsi, un mot après l’autre, je revisite les 12 derniers mois. Ma plume impose un rythme plus lent au flot des souvenirs qui déferle. Chaque trait semble s’imposer dans le moment présent pour former une ribambelle de laquelle le sens émerge.

Le temps ne semble plus compter alors que je m’applique à choisir ce qui doit rester derrière. C’est avec beaucoup de gratitude que je dépose ces événements, émotions, choix, défis qui m’ont permis de grandir pour me rendre jusqu’à aujourd’hui.

Puis, mot à mot, je dépose dans mon sac, tout ce que j’ai vécu et que j’emporterai avec moi pour cette belle aventure qu’est la nouvelle année. Je constate, avec fébrilité, qu’il reste encore de la place pour l’infini des possibilités des 365 jours à venir.

Une année pour devenir la meilleure version de moi-même

Après une petite pause bien méritée, je me réinstalle doucement pour poursuivre ma réflexion. Alors que le vent se remet de la partie, emportant au loin une bordée de flocons, je constate à quel point j’ai cheminé en un an. Je songe alors à quel point les mois à venir semblent être prêts à m’accueillir vers ce que je considère être la meilleure version de moi-même.

Plus axée vers l’avenir, j’apprends à mettre en mots les moindres détails de ce qui fera de moi une meilleure personne au cours des mois à venir. Je me surprends par mes réponses inspirées de l’énergie de la saison. Mon énergie semble totalement reliée à la bordée de neige qui semble reprendre de la vigueur. J’écris avec tellement de fougue que ma main exige très rapidement une pause ce que je m’empresse de lui offrir. Après tout, il n’y a pas d’urgence.

Un rêve, 365 jours pour m’en rapprocher

Je dois avouer que la pause m’a fait du bien. Non seulement j’avais besoin de me restaurer, mais j’ai pu prendre le temps de digérer l’ensemble de ce que j’ai pris soin de déposer depuis le début de ma réflexion.

Maintenant que je sais d’où j’arrive et ce vers quoi je me dirige, je suis prête à me laisser porter par la magie de mon projet phare, ce rêve que je souhaite concrétiser cette année. Dehors, la neige s’est arrêtée, comme si le temps suspendait son cours pour me laisser mettre des mots sur ce qui m’animera au cours des 365 jours à venir.

C’est peut-être moi, mais il me semble voir quelques rayons de soleil se pointer entre les nuages. Plus j’avance dans ma visualisation de ce projet, plus je me sens bien. Ma confiance en sa réalisation augmente au même rythme que les mots s’accumulent. Ça me semble si réel que j’ai l’impression de pouvoir y toucher du bout des doigts.

Rêver c’est bien, se faire un plan d’action c’est encore mieux

Évidemment, je pourrais rester dans mes rêves très longtemps, mais mon processus de réflexion m’amène naturellement vers la dernière étape de mon parcours : la mise en place de ce qui me permettra d’aller de l’avant et de m’accomplir pleinement.

Ainsi, j’écris encore et toujours, ayant parfois l’impression de me répéter, mais je sais trop bien à quel point plus un objectif est écrit souvent, plus j’ai de chance de le concrétiser. Je garde donc le cap alors que les mots reviennent pour me rappeler à quel point je tiens à chacune des réflexions que j’ai faites depuis ce matin.

Peu à peu, sous mes yeux, je vois mon année devenir de plus en plus concrète. Je m’engage, je m’affirme et je me fais la promesse de tout mettre en œuvre pour être fière de moi lorsque sonnera l’heure du bilan.

Un pas de recul qui fait toute la différence

Alors que je dépose mes dernières réflexions de ce rituel, je songe à quel point il peut être puissant de prendre le temps de ralentir pour s’accomplir. Loin d’avoir perdu mon temps, j’ai plutôt choisi de le prendre et d’assumer chaque minute passée pour m’assurer de vivre une année à mon image.

Tandis que je me prépare une énième tasse de thé, je repense à quel point ma réflexion hivernale m’a fait du bien. C’est ça au fond, Partir du bon pied, un pas de recul essentiel pour m’aligner sur ce qui m’anime vraiment. C’est oser ralentir pour mieux choisir, un jour de neige comme aujourd’hui, d’être tout simplement l’entrepreneure de ma vie.

 

Auteur: Marie-Josée Guérin

Marie-Josée est accompagnante en écriture et créatrice de la communauté de Mots en bulle. Son mode de vie, Partir du bon pied, visant à se retrouver via l’écriture, fait de plus en plus d’adeptes et a pour mission changer le monde… un mot à la fois!